LOGO_racinesdedemain_grungy_Green.png
Rechercher

Le Covid, cette formidable opportunité pour l'environnement.

Les temps sont durs. La souffrance est réelle. En aucun cas il ne s’agit

de la nier ou de la passer sous silence mais dans chaque crise il y a la

possibilité d’un monde meilleur. Celle du coronavirus n’échappe pas à

la règle. Bien au contraire…


Confinement : la parenthèse réparatrice


Le premier confinement a été une leçon. Il aura fallu qu’une pandémie

mondiale menace de mettre fin à la vie de toute personne fragile pour que

nous acceptions de ralentir… Et quel ralentissement ! Il faut regarder le

confinement comme une véritable expérience. Un laboratoire de la

décroissance. Les animaux sont revenus dans les villes et la pollution

atmosphérique a diminuée de manière spectaculaire. Plus de trafic aérien, un

trafic routier minimal, des émissions d’oxydes d’azote et de particules fines

formidablement basses… Le monde s’est mis à respirer de nouveau ! Et les

externalités positives ne s’arrêtent pas là… On a également assisté à une

réévaluation des rapports économiques et des rapports humains. Des élans

de solidarité inédits ont vu le jour. La façon dont chacun appréhendait le

temps s’est modifiée pour tendre vers un rythme plus proche de celui que

régissent les cycles naturels. Toutes les conditions étaient réunies pour que

la planète prenne un virage salutaire.


À chaque crise sa révolution


Un nouveau paradigme peut naître. Il est en gestation. Il s’agit de le nourrir.

Beaucoup se demandent ce qui va surgir de cette crise. La véritable question

est plutôt : que veut-on qu’il surgisse de cette crise ? L’électrochoc a eu lieu.

Que va-t-on en faire ? Certains libéraux, aux commandes de puissants

gouvernements, ont esquissé de séduisantes perspectives, allant à l’encontre

de leurs convictions premières. Il est nécessaire de les soutenir. De les

accompagner dans cette profonde remis en question. Beaucoup de mesures

évoquées sont souhaitables. La relocalisation d’une partie de la production,

par exemple, qui permettrait de limiter le transport de marchandise tout en

replaçant la question alimentaire au centre du débat. La planification,

également, dont les chantiers pourraient être écologiques afin de passer

d’une économie polluante à une économie verte. Et enfin la préservation de

l’environnement, bien sûr ! Maintenant que l’humanité prend à nouveau

conscience de sa fragilité, l’écologie retrouve son caractère fondamental.

Les scientifiques le disent, la fonte des glaces pourraient entraîner de

dramatiques épidémies. Au sein du permafrost se trouvent des milliers

d’agents pathogènes. Les libérer serait dramatique… Ainsi donc le tragique

amène l’espoir. Celui d’un monde plus raisonnable.


Ne nous faisons pas voler l’après Covid


Mais attention, rien n’est gagné ! Les cyniques sont toujours de la partie.

Les paresseux et les dénégateurs aussi. Le risque est grand ! Celui d’obéir au

vieil adage : on prend les mêmes et on recommence. Le virage à 360° qui

consiste à tourner sur soi-même pour reprendre exactement la même

direction. Celle du libéralisme fou, de la mondialisation délirante, bref… De

la fuite en avant ! Refusons le suicide collectif. Faisons pression tous

ensemble. Parlons ! Manifestons ! Votons ! Le monde que nous désirons est

possible, à nous de ne pas le laisser s’échapper…