Rechercher

Decathlon x Racines de demain - épisode 2 : Le degré zéro de l'épopée

Décathlon se lance dans le projet #Zérocasquejeté. L’idée ? Concevoir un casque recyclable dont la commercialisation repose sur un modèle économique durable. Jean-Sébastien, leader du projet, a décidé de répondre à nos questions tout au long de l’aventure. Bienvenue à bord !


Un agitateur bienveillant


Jean-Sébastien n’est pas de ceux qu’on parachute. Avant de faire partie du

siège il a connu les rayons de l’enseigne, ses produits, ses clients… Une

heureuse carrière à laquelle s’est mêlée le doute : celui de ne pas faire ce

qu’il fallait. D’être en contradiction avec ses principes. De ne pas pouvoir

tenir ses engagements. Comment prendre soin du vivant tout en produisant

toujours plus ? Et pourquoi pas produire mieux ? La réponse était là !

« Plutôt que de partir d’une structure parce qu’on n’est plus en phase avec

les pratiques, mieux vaut les faire évoluer de l’intérieur. » Alors comment ?

« En changeant de point de vue » répond Jean-Sébastien, « en balayant

l’écologie punitive au profit des externalités positives ». Voilà le terreau à

partir duquel pouvait désormais germer le projet zéro casque jeté…


L’exigeante aventure


« Dans cette transformation je veux apporter beaucoup de joie » continue Jean-Sébastien. Il évoque l’indispensable « pulsion d’humanité » pour mettre en mouvement l’entreprise, vante les mérites de la coopération et de

son étymologie « construire ensemble », espère que la synergie permettra de

trouver un modèle économique réellement durable. Il espère car rien n’est

gagné… L’aventure est ambitieuse et pour parvenir à la commercialisation

du casque il faudra faire bouger les lignes, bousculer les habitudes et

renverser les paradigmes. À cœur vaillant rien d’impossible disait-on fût une

époque. Émily, responsable de la partie ingénierie et Pierre, designer, seront

les plus précieux alliés de Jean-Sébastien. Ce courageux trio compte

d’ailleurs solliciter de nombreux acteurs afin de parfaire le projet ! Quelle

que soit l’issue, nul ne pourra nourrir de regrets : « le modèle actuel ne peut

fonctionner durablement, alors que risque-t-on a le changer ? ».

Absolument rien, sinon de réussir !